La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Un chef d’œuvre de la BD

Posté le 10/12/2019

 

Belle histoire, beaux dessins, remarquable peinture sociale : « Rosa », la bande dessinée de François Dermaut, est un véritable chef d’œuvre. BD complète sur deux tomes publiés aux éditions Glénat, cette bande dessinée raconte l’épisode de vie dans un hameau normand du début du XXe siècle d’une jeune femme dont le mari Mathieu, de 25 ans son aîné et alcoolique, est atteint de la tuberculose… Nous n’en dirons pas davantage car cette histoire ne peut pas se lire sans regarder ses images, ni d’ailleurs ses images se regarder sans suivre le déroulement de l’histoire. Bref, « Rosa » est une « vraie » bande dessinée, où le texte et les dessins se renforcent mutuellement au fil des pages. Petit aperçu…

Avec un premier tome publié en mars 2015 et un deuxième près de cinq ans plus tard, en février 2019, « Rosa » n’a rien perdu de son charme. Cette BD raconte l’histoire d’une jeune femme qui se retrouve au centre d’un pari sur leur virilité passé entre les hommes d’un village normand du début du XXe siècle. Paradoxalement, cette étonnante histoire est née d’un voyage sur la Route de la Soie en 2004 : « A la demande de Bernard Ollivier, je refais en sa compagnie les 12 000 km qui séparent Istanbul de Pékin, dans le but d’illustrer en aquarelles et croquis ce périple qu’il avait réalisé à pied en solitaire », écrit François Dermaut en préface de son premier album. C’est au cours de ces trois mois de voyage que le romancier décrit au dessinateur-auteur de bandes dessinées le personnage qu’il avait imaginé pour lui tenir compagnie tout au long de sa marche solitaire. Ainsi naquit Rosa. Mais ce n’est qu’en 2008, après maintes hésitations, que Bernard Ollivier, acceptant l’idée de François Dermaut d’adapter Rosa en BD, lui fait parvenir un synopsis… de 120 pages !

 

Une histoire d’amour. François Dermaut parvient dans « Rosa » à traduire dans ses dessins l’épaisseur humaine des différents personnages de cette campagne normande du début du siècle dernier où religion, convenances et violences mais aussi amour, amitié et tendresse régissent les vies de chacun. Sans pathos ni mièvrerie, il raconte une véritable une histoire d’amour où se mêlent pouvoir et domination.

 

 

 in « Rosa », page 9, tome 1 « Le pari », Glénat 2015.

 

 

 

 

 

 

Des dessins réalisés à l’aquarelle. Encouragé par son père lorsqu’à sept ans il dessine ses premiers personnages (voir icison interview sur le site des éditions Glénat), François Dermaut étudie le dessin à l'Institut Saint-Luc de Tournai. Et c’est lui qui, aujourd’hui encore, met lui-même ses planches en couleur, à l’aquarelle rehaussée de crayon. Le résultat ? Des dessins parfois proches de la caricature, mais souvent aussi empreints d’une très grande poésie.

 

 

 

in « Rosa », page 26, tome 2, « Les hommes », Glénat 2019.

 

 

 

 

 

 

Né en 1949, François Dermaut a publié ses premières bandes dessinées sous le pseudonyme Franjacq. En 1982 il crée avec Daniel Bardet, « Les Chemins de Malefosse », l’une des séries historiques les plus connues dans le monde de la BD. Plus de trente ans et quelques trente BD plus tard, il donne vie à Rosa… 

 

 Andrée Muller

Partager via un média social