La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Toruk, un spectacle qui ne laisse pas indifférent

Posté le 15/04/2019

 

Nommé « Toruk - le premier envol », ce nouveau spectacle du Cirque du Soleil se positionne à la croisée des genres. A la fois cirque, comédie musicale et performance sportive il est tout autant une prouesse technique, qu’esthétique et artistique. L’ensemble est impressionnant ! Petit aperçu.

Présenté à l’Accorhotels Arena de Paris du 4 au 14 avril dernier, les prochaines représentations de ce spectacle  du Cirque du Soleil  inspiré du film Avatar de James Cameron, seront visibles au cours des mois prochains à Moscou en Russie, à Londres et à Manchester au Royaume-Uni, à Munich en Allemagne, à Zurich en Suisse… (voir ici  le calendrier des représentations). Créée en 1984 par Guy Laliberté, le Cirque du Soleil est une entreprise québécoise qui emploie aujourd’hui plusieurs milliers de personnes et diffuse une vingtaine de spectacles partout dans le monde, dont une petite dizaine de façon permanente dans un théâtre fait sur-mesure à Las Vegas aux Etats-Unis. 

 

Un spectacle à la croisée des genres.Après la première partie de Toruk - le premier envol, on hésite encore sur l’adjectif à employer pour qualifier ce spectacle. A la fois cirque en raison des performances acrobatiques des acteurs, mais aussi comédie musicale et conte. L’histoire est narrée et chantée par des artistes dont les costumes somptueux sont des éléments à part entière de la scénographie. A eux seuls, ils racontent déjà une histoire en renvoyant aux spectateurs des images de leur propre imaginaire, de leurs représentations oniriques. 

 

En évoquant aussi bien le printemps que les toiles des peintres impressionnistes, ces robes qui semblent cousues avec des pétales de fleurs renvoient les spectateurs à leurs propres représentations artistiques.

 

 

 

 

 

Un jeu de lumières. S’ajoute à ce mélange surprenant des effets techniques impressionnants avec l’utilisation de la projection d’images sur la scène en guise de décor. La scène est blanche mais sans cesse habillée d’effets de lumière différents qui la transforment tour à tour en plaine fertile et somptueuse parsemée de magnifiques fleurs, en cratère de volcan couvert de coulées de lave, et, pour le plus beau, en une cascade devenant fleuve en son milieu.

 

 

Cette cascade qui se transforme en fleuve est, à notre sens, l’un des plus beaux tableaux du spectacle.

 

 

 

 

 

 


Rendre le public acteur.Toutefois, l’interactivité et l’émotion atteignent leur apogée avec l’implication du public dans les effets spéciaux. Le principe ? Après avoir téléchargé l’application du spectacle sur son smartphone, chacun reçoit une notification lui indiquant à quel moment diriger l’écran vers la scène ! Et là, le spectacle est encore plus magique : chaque écran s’allumant d’une couleur précise, le décor de la scène se prolonge dans les gradins. Magnifique !

 

Dans cette logique d’alliance entre l’art et le numérique, notons pour conclure que le Cirque du Soleil est également le créateur de la nouvelle aqua-féerie nocturne, « La Forge aux Etoiles », présentée par le Futuroscope. Ce spectacle qui raconte la rencontre magique entre une jeune fille réelle et un géant virtuel se déroule sur une scène aquatique de quelque 7000 m2

 

 

Carole Muller

Partager via un média social