La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Les femmes championnes de la littérature jeunesse

Posté le 02/12/2019

 

Marion Brunet, Caroline Solé, Camille Jourdy, Nathalie Bernard, Rébecca Dautremer, sont les auteures des cinq ouvrages primés par les organisateurs du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse en Seine-Saint-Denis à Montreuil. Décernées par des jurys composés de professionnels de la presse jeunesse et de jeunes lecteurs, ces « pépites » correspondent aux différentes catégories de littérature définies par les organisateurs du Salon : le prix de la littérature fiction pour junior, le prix de la bande dessinée jeunesse, le prix de la littérature fiction pour ados, le prix du roman illustré et, enfin, le grand prix de l’année tous types confondus. Ces cinq « Pépites » ont été toutes gagnées cette année par des femmes, sur une sélection de 24 titres représentant 18 créatrices et 12 créateurs. Présentation de ces auteures et de leurs ouvrages…

Près de 180 000 visiteurs, 450 exposants et des milliers d’ouvrages présentés : le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse en Seine-Saint-Denis (SLPJ) qui s’est tenu à Montreuil le week-end dernier était, cette année encore, l’occasion de constater l’engouement des jeunes pour les livres, les histoires et les images. Avec toujours autant de succès, cette 35eédition était une véritable fête du livre … où les femmes ont occupé le devant de la scène ! La chose étant suffisamment rare dans le monde littéraire pour s’y intéresser de près, voici donc la présentation de ces lauréates et de leurs ouvrages.

 

Le grand prix de l’année de la littérature jeunesse a été remporté par Marion Brunet pour son western féminin « Sans foi ni loi » (éditeur PKJ). Cette « Pépite d’Or » a été décernée par un jury de critiques littéraires composé de différents professionnels de la littérature et de la presse jeunesse (voir ici) sur la base des 24 titres sélectionnés pour l’année 2019.

 

 

Marion Brunet, « Sans foi ni loi », 224 pages, 2019, Pocket Jeunesse (PKJ).

Née dans le Vaucluse, Marion Brunet a suivi des études de lettres avant de devenir éducatrice spécialisée dans un hôpital de jour pour adolescents. Auteure d'une dizaine de romans de littérature Young Adult, ses deux titres particulièrement connus sont « Frangines » et « Dans le désordre ». Marion Brunet compte également à son actif une trentaine de prix littéraires, dont le Grand Prix de Littérature Policière 2018 pour « L’été Circulaire » (Albin Michel).

 

 

 

Les quatre autres pépites ont été décernées pour chacune des quatre catégories définies par les organisateurs du SLPJ : fiction Junior, bande dessinée, fiction ados et livre illustré. Les pépites ont été désignées par des jurys composés majoritairement de jeunes lecteurs (de 8 à 18 ans) dans une sélection de six ouvrages pour chaque catégorie. Ces six ouvrages ont été choisis conjointement par l’équipe du Salon et les critiques littéraires membres du jury sur la base de listes de « bonnes lectures » affinées tout au long de l’année par des comités composés de professionnels du livre et de l’enfance.

 

La pépite pour la littérature fiction junior a été remporté par Caroline Solé avec « Akita et les grizzlys » (éditeur : L’Ecole des loisirs). 

 

Caroline Solé (auteure) et Gaya Wisniewski (illustratrice) : « Akita et les grizzlys », 80 pages, 2019, collection Mouche, L’Ecole des Loisirs.

Caroline Solé se définit elle-même comme une auteure à l’adolescence troublée ayant vécue dans différents écosystèmes (université, mairie, journalisme) entre vie parisienne et escapades londoniennes. Gaya Wisniewski est issue pour sa part d’une famille d’artiste. Après des études d’illustration à l’institut Saint-Luc à Bruxelles, puis professeure de dessin, elle quitte la Belgique pour s’installer en France dans le Gers en 2016. Elle s’y consacre depuis à l’illustration, avec « Le bison » pour premier album. 

 

 

 

Le prix de la bande dessinée a été gagné par Camille Jourdy  avec « Les Vermeilles » (Actes Sud BD).

 

Camille Jourdy : « Les Vermeilles », Album, 155 pages, 2019, Actes Sud BD.

Originaire de Dole dans le Jura, Camille Jourdy a fait ses études aux Beaux-Arts d’Épinal puis à l’École des arts décoratifs de Strasbourg. Elle est l’auteure de plusieurs bandes dessinées à succès, dont « Juliette », « Les fantômes reviennent au printemps » et en particulier « Rosalie Blum » qui a reçu le Prix Révélation Angoulême 2010 et a été adaptée au cinéma par Julien Rappeneau en 2016. Camille Jourdy réalise également des albums et des jeux pour Actes Sud, Albin Michel, Moulin Roty, MeMo...

 

 

 

 

Le prix pour la littérature fiction pour ados a été remporté par Nathalie Bernard avec « Le dernier sur la plaine », (éditions Thierry Magnier).

 

Nathalie Bernard : « Le dernier sur la plaine », 368 pages, 2019, Editions Thierry Magnier.

Licence et maîtrise d’histoire de l’art en poche, le premier titre de Nathalie Bernard, « Né d’entre les morts » est un roman qu’elle qualifie de « vieillesse », édité en 1998 par Denoël. Elle s’orientera ensuite, dès 2009 en écrivant une histoire pour sa fille, vers la littérature jeunesse. Elle créera d’abord la série « Silence », entièrement rééditée par les éditions Lilly Jeunesse. Elle enchainera ensuite l’écriture d’une vingtaine de romans dédiés à la jeunesse comme « Alliance Khépri » et « De Poil et de Fer » pour les 8-12 ans, « Un noisetier » pour les 3-6 ans, « Sept jours pour survivre » pour les ados...

 

 

Le prix du livre illustré revient à Rébecca Dautremer pour « Midi pile », (Sarbacane)

 

Rébecca Dautremer : « Midi Pile », 212 pages, 2019, Sarbacane.

Auteure et illustratrice, Rébecca Dautremer est née en 1971 dans les Hautes-Alpes. Diplômée de l’Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (ENSAD), elle travaille dès sa sortie de l’école chez l’éditeur Gautier-Languereau en tant qu’illustratrice. Elle publie son premier album en 1996, « La chèvre aux loups ». Une bonne trentaine de publications plus tard, une dizaine de succès de librairie et différentes collaborations aussi bien dans le monde du film d’animation que du théâtre : sa notoriété dépasse largement le monde de la littérature jeunesse.

 

 

 

Cinq pépites, cinq auteures : si cette 35e édition du SLPJ sortait du rang en octroyant toutes les pépites à des femmes, il faut préciser néanmoins que la nouvelle distinction du Salon, « La Grande Ourse », a été attribuée pour sa première année à l’auteur-illustrateur Gilles Bachelet. C’est le créateur, entre autres, de « Mon chat le plus bête du monde » et de « Madame le lapin blanc ». 

 

Andrée Muller

Partager via un média social