La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Roderick Lloyd : créateur de produits d’art

Posté le 04/07/2014

 

Il veut se consacrer à ce qu’il aime le plus : créer et concevoir de nouveaux produits d'art. Ce néerlandais passionné de photo invente un art nouveau au croisement de la photographie, de la sérigraphie et de la création numérique. Interview.

Formes fluides qui se déforment et s’arrondissent au gré des couleurs, visions futuristes de mondes peuplés d’êtres étranges, réminiscences fantasmagoriques… Roderick Lloyd (61ans) s’est lancé dans une carrière artistique sur le tard, après avoir été consultant en stratégie d’entreprise. Aujourd’hui, ce néerlandais passionné de photo a décidé de « profiter de chaque seconde, de chaque jour » pour donner libre cour à son art - un art nouveau qu’il invente chaque jour, à mi chemin entre la photographie et la création numérique. Répondant à nos questions, il dévoile à la fois ses raisons, sa démarche et ses ambitions.

D’où vous est venue l’idée de faire de l’art numérique à partir de photos ?

Quand il a eu connaissance de « mon changement », mon fils m’a dit que j’avais si souvent aidé les entreprises à trouver une solution pour elles mêmes, que maintenant, dans le monde de l’art, il était temps de faire quelque chose pour moi même. Je crois qu'il a raison… J'aime le monde de la photographie. Je suis donc parti de là. J’ai commencé très simplement à faire de la photo. Puis, pas à pas, j’ai appuyé sur les bons boutons.

Comment travaillez-vous ?

Je prends moi même mes photos, en allant partout dans le monde. Et lorsque je rentre chez moi, je « peints » avec mon ordinateur celles que je trouve les plus intéressantes. J’utilise pour cela mon imaginaire et mes fantasmes. Je cherche les bonnes lignes, les bonnes couleurs. J’aime l'humour et la réalité d'aujourd'hui.

Et si pour finir j’individualise mes créations en leur donnant un nom, c’est parce qu’elles me font penser davantage à une nouvelle catégorie d'art plutôt qu’à des photos.

Sous quelles formes les vendez vous ?

Lorsque je reçois une commande pour l’une de mes réalisations, je la fais « manufacturer » en usine. Elle est alors, soit mise sous verre de façon industrielle, soit recouverte d’une couche d'époxy (qui ressemble à du verre).

Combien de temps mettez-vous, en moyenne, pour créer une œuvre ?

Parfois il faut plusieurs jours avant que je sois capable de finir une création, et parfois seulement six heures suffisent ! Mais ce qui est très important pour moi est de créer quelque chose de complètement nouveau.

Quel est le prix de vos réalisations ?

Je fixe les prix en fonction de la taille. Pour vous donner une idée, un tableau de 70 cm x70 cm coûte 2400 euros pour un tirage maximum de 10 exemplaires. En revanche, pour un tirage unique, un tableau de la même taille coûtera 4 800 euros. Sont inclus dans ce prix les taxes et le système d’accrochage du tableau, mais pas les frais de transport. Toutefois, le prix d’un tableau est toujours le même, qu’il soit acheté directement auprès de moi ou par l’intermédiaire d’un agent.

Vous ne commercialisez donc pas vous même la totalité de votre travail ?

Aux Pays-Bas je démarche moi même les entreprises et les particuliers. J’utilise beaucoup les médias sociaux pour cela.

Mais je participe également à des prix (j’en ai gagné plusieurs aux Etats-Unis et en Italie en particulier), je publie aussi mon travail dans différents « artbooks » internationaux et assiste à des expositions à l’intérieur comme en dehors des Pays-Bas. Enfin à l’international, je m’appuie sur les idées des agents artistiques.

Outre votre travail de création « libre », travaillez vous aussi « à la demande » ?

Oui, je fais les deux. Je poursuis un travail en propre, selon mes propres idées. Mais je peux également accepter des commandes. Cela dépend de ce que désirent les clients. Et comme je dis toujours : « si vous ne demandez pas, vous ne pourrez pas savoir ! »

 Vos projets ?

Je vais mettre en place une nouvelle organisation commerciale, construire un nouveau site web et travailler davantage avec les agents d'art internationaux. Mais lorsque cela sera fait, je veux me consacrer à ce que j'aime le plus : créer et concevoir de nouveaux produits d'art. J'aimerais, par exemple, trouver des gens pour faire des sacs à main de luxe et entrer en contact avec l'industrie de la mode.

Qui sont vos clients ?

Ils peuvent être très différents : il peut s'agir aussi bien d’entreprises désirant disposer d’objets d’art dans leurs bureaux ou donner une touche artistique à leur logo, que de particuliers. Des plus jeunes aux plus anciens, mes clients varient beaucoup.

Propos recueillis par Andrée Muller

Partager via un média social

Partager via un média social