La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Ces illustrations qui sont de véritables œuvres d’art

Posté le 14/03/2016

 

Dixit, Le Trône de Fer, Celestia, Time Line, Marrakech… le nombre de jeux de société dont les illustrations sont très belles ne cesse de croître. Voici un petit panorama… très imagé !

 

Depuis quelques années déjà les éditeurs de jeux de société portent une attention toute particulière à la qualité et à l’originalité des illustrations de leurs produits. Le résultat ? De superbes plateaux qui mettent dans l’ambiance et de somptueuses cartes d’une étonnante créativité. 

 

Illustration et œuvre d’art : une frontière qui s’amenuise. A regarder de près les illustrations de certains jeux de société, c’est comme une évidence : la frontière entre l’illustration et l’œuvre d'art s’amenuise toujours plus. Certes les « passages » entre les deux ne datent pas d’aujourd’hui : Edward Hopper et Andy Warhol étaient tout deux dessinateurs publicitaires avant d’être reconnus comme artistes et aujourd’hui les affiches de Toulouse-Lautrec sont aussi célèbres que ses tableaux ! Plus nouveau en revanche est le rôle grandissant de l’image - et donc de ses créatrices et créateurs - dans les industries culturelles. Des exemples ? La littérature avec les romans illustrés et les BD dont le poids relatif sur ce marché ne cesse d’augmenter, le cinéma avec l’engouement pour les films d’animation, et le divertissement qui, par le biais de héros communs, associe de plus en plus jeux vidéo et jeux de société.

 

L’image pour susciter une émotion. Dans tous ces domaines, l’image répond aux trois critères qui caractérisaient jusqu’à présent le travail de l’artiste : répondre à une esthétique propre, maîtriser une ou plusieurs techniques et, bien sûr, susciter une émotion. Et ça, c’est un gros changement qui se voit ! Preuve par l’image…

 

Une vraie ambiance de théâtre avec The Frog prince (Marbushka).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cartes richement illustrées de Time Line (Asmodée).

 

 

 

 

 

  

 

L’étonnant univers de Cellestia (Blam !) illustré par Gaetan Noir.

 

 

 

 

 

 

 

Les originales cartes du jeu Le Petit Chaperon Rouge (Purple Brain Creations) créé par Annick Lobet sont illustrées par Jérémie Fleury.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour finir, petite remarque à propos du film « Love Vincent » présenté dans notre magazine en début de mois (voir « Love Vincent : comment animer les toiles Van Gogh ») : lui aussi illustre bien ce continuum entre le travail de l’illustrateur et celui de l’artiste !

 

Andrée Muller avec la participation de L'Atelier des Jeux

Partager via un média social