La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Street art : 9 artistes à suivre

Posté le 23/09/2019

 

Le week-end dernier sur le parvis de La Défense, des graffeurs de différentes nationalités se livraient à des performances en live en créant des œuvres murales sur de grands panneaux, donnant ainsi une sorte d’instantané de la peinture urbaine contemporaine. Haute en couleur ou monochrome, réaliste, figurative ou imaginative, ces réalisations ressemblent à leurs créateurs. Aussi diverses les unes des autres que leurs auteurs eux-mêmes, elles témoignent de la diversification et du caractère cosmopolite de l’art urbain. Présentation de ces performers d’aujourd’hui. 

Parmi les invités de la sixième édition du festival d’art dédié à la culture urbaine, l’Urban Week installé à Paris La Défense pendant trois jours la semaine dernière, se trouvaient au côté de graffeurs bien connus comme Vhils ou Sébastien Preschoux, des artistes qui méritent toutes les attentions. Du suédois Huge aux français Alber, Jo di Bona et Ratur, en passant par les brésiliens Toys et Omik, ou encore le portugais Helio Bray et l’américaine Naveen Shakil, voici la petite dizaine de performers dont les réalisations à mi-parcours nous ont paru particulièrement remarquables.

 

Alber : réalisation en cours dans le cadre de l’Urban Week Paris La Défense 2019. Ses œuvres sont visibles sur les sites web de la Galerie Barthelemy Bouscayrol, la Cox Gallery et Loft 34. A ne pas manquer : « muses », l’exposition qui lui est consacrée du 18 octobre au 10 novembre 2019 par la galerie Loft 34 (rue du Dragon à Paris dans le 6earrondissement).

Né à Tourcoing en 1986, Alber découvre le graffiti à 15 ans. Puis, s’éloignant des codes en vigueur, il développe une expression plus personnelle : il continue à utiliser la bombe pour placer ses couleurs, mais sa peinture devient de plus en plus figurative. Aujourd’hui sur les murs de Paris, Bordeaux ou Orléans, il créé des visages chatoyants vus de face, de profil ou de trois-quarts où domine la couleur bleue. 

 

 

Helio Bray : réalisation en cours dans le cadre de l’Urban Week Paris La Défense 2019.  Ses œuvres sont visibles sur les sites web de la galerie urbaine GAU de la mairie de Lisbonne, sur son compte Instagram heliobray et de la galerie Wasaa.

Artiste polyvalent d’origine portugaise, Hélio Bray a développé sa propre forme d’expression artistique dans différents domaines, en particulier la mode. Créateur de sa propre marque de vêtements, il propose également la personnalisation de chaussures de sport en partenariat avec des marques comme Vans, DC, Adidas ou encore Quicksilver.

 

 

 

 

Huge : réalisation en cours dans le cadre de l’Urban Week Paris La Défense 2019. Ses œuvres sont visibles sur son site web hugeart.

Murs, toiles, autobus… Huge fait feu de tout bois en peignant sur tout ce qui peut l’inspirer ou le séduire à un moment donné. Reconnaissable par ses peintures au design 3D en forme de ballons, cet artiste qui a commencé le graff au milieu des années 80 travaille aujourd’hui dans son atelier, à Älta près de Stockholm. Utilisant essentiellement l’aérographe, il travaille sur commandes aussi bien pour des entreprises que des particuliers.

 

 

 

 

Jo di Bona : réalisation en cours dans le cadre de l’Urban Week Paris La Défense 2019. Ses œuvres sont visibles sur les sites web de la Galerie Virginie Barrou Planquart, la Galerie Joël Knafo et son propre site web jodibona.com.

Né en 1975, Jo Di Bona est un graffeur et artiste peintre originaire de Seine-Saint-Denis. Inventeur du « Pop Graffiti », il associe dans ses œuvres collages, graffiti et pop art pour créer des visages exprimant souvent la joie de vivre. Lauréat du 1er Prix du graffiti de la Fondation EDF en 2014, il enchaîne depuis les expositions internationales, les performances, les fresques murales et les salons internationaux à NY, Miami, Londres, Hong-Kong, Lausanne, Munich... 

 

 

Naveen Shakil : réalisation en cours dans le cadre de l’Urban Week Paris La Défense 2019. Ses œuvres sont visibles sur son site web naveenshakil.com.

Architecte de formation ayant travaillé très jeune en Australie et au Pakistan dans des cabinets d’architecture de renommée internationale, Naveen Shakil Khan vit et travaille aujourd’hui à New York. Artiste autodidacte, elle associe art graphique, traditionnel et surréaliste, avec art urbain. Des campagnes publicitaires pour des marques de luxe au graffiti de rue, son travail a été présenté dans de nombreux événements internationaux, notamment au Festival des arts de Karachi, au Miami Art Expo, au « Self Festival » de la Biennale de Venise…

 

 

 

ToysOmik : réalisation en cours dans le cadre de l’Urban Week Paris La Défense 2019. Les œuvres de ces deux artistes réunis sous un même nom sont visibles sur le site web toysomik.com.

Signant sous un nom commun, les deux artistes brésiliens Daniel Toys et Mikael Omik marquent l’émergence dans leur pays d’une nouvelle génération d’art urbain. Ils partagent le même atelier mais conservent leurs approches personnelles : peinture texturée, abstraite et lignes géométriques pour Daniel Toys. Dessins, illustrations ludiques et portraits pour Mikael Omik.

 

 

 

 

 

Piet Rodriguez : réalisation en cours dans le cadre de l’Urban Week Paris La Défense 2019. Ses œuvres sont visibles sur le site web de la galerie Wasaa et sur son propre site pietrodriguez.com.

Adepte de l’art urbain depuis 2015 seulement, Piet Rodriguez joue le classicisme dans l’art urbain. Orfèvre du portrait, les sculptures gréco romaines qui lui servent de modèle sont son thème de prédilection. C’est au cours de sa dernière année d'études en publicité, en 2012, que ce Bruxellois de cœur s’est essayé à la peinture après avoir visité une exposition d’amateur. Depuis sa passion pour elle ne l’a plus quitté.

 

 

 

Ratur : réalisation en cours dans le cadre de l’Urban Week Paris La Défense 2019.  Ses œuvres sont visibles sur le site web de la Galerie 42b et sur son propre site ratur.maslard.fr.

Attiré par le dessin et les arts graphiques, cet artiste français né au Havre en 1983, se rend en 2001 dans une école de communication visuelle, où il rencontre l’artiste graffeur Madkow. Quelques mois plus tard, les deux peignent leur premier mur et fondent le collectif MV3 avec le jeune frère de Ratur, Sckaro. En freelance depuis 2007 en tant que graphiste et illustrateur, Ratur  positionne son travail à la frontière de la peinture classique, du graphisme et du graffiti. 

 

 

 

 

Thiago Mazza : réalisation en cours dans le cadre de l’Urban Week Paris La Défense 2019. Ses œuvres sont visibles sur le site web de la galerie Wasaa et sur son compte Instagram mazzolandia.

Né en 1984 au Brésil, Thiago Mazza, est diplômé en design graphique à l’Université d’État de Minas Gerais. Autodidacte en peinture, il est cependant l’un des représentants de l’art urbain brésilien contemporain. Il a participé à plusieurs festivals internationaux comme UpFest au Royaume-Uni, Stenograffia en Russie, IPAF au Mexique, CURA au Brésil. Son travail se situe aux frontières de la peinture classique, du graffiti et de l’art contemporain. 

 

 

Thiago Mazza, Huge, Alber, Jo di Bona, Toys & Omik, Helio Bray… et au féminin seulement Naveen Shakil : on peut regretter la quasi absence d’artistes féminines. Absence d’autant plus étonnante que l’année dernière cet événement parisien organisé dans le cadre de l’Underground Effect par le Projet Saato (association loi de 1901 soutenant de nombreux évènements et initiatives autour de l’art urbain) était entièrement dédié aux artistes femmes. Dommage pour cette année…

 

Andrée Muller

Partager via un média social