La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Rouge & Art : 10 tableaux

Posté le 01/07/2019

 

10 tableaux d’artistes contemporains : 10 façons différentes de donner du sens à la couleur rouge ! Symbole de la décision d’un artiste à donner de la couleur à son travail, le rouge occupe une place de choix dans ce qui fait ou non une œuvre d’art. C’est à dire, de ce qui fait qu’un tableau, un dessin ou une image suscite ou non une émotion chez celles et ceux qui le regardent. Ambivalente, la couleur rouge est celle du sang ou du feu, de la violence de la guerre ou de la quiétude d’un coucher de soleil, de la vie ou de son contraire. Des polders peints par Nelly Van Nieuwenhuijzen aux taureaux de Guy Fouré en passant par les paysages de Claire Jombart Marbach, voici donc 10 tableaux où le rouge prend à chaque fois un sens différent.

Le rouge ne prend cependant du sens que dans le contexte du tableau dans lequel il se trouve. Et c’est pourquoi, présent en toile de fond ou éclairant au contraire l’élément central du tableau, il est grâce à cette ambivalence comme une signature de l’artiste qui l’utilise. Exemples…

 

 

Nelly van Nieuwenhuijzen : « Soirée radieuse dans mon polder(03) », peinture acrylique présentée par la galerie en ligne Saatchi Art (voir ici). 

Artiste contemporaine née en 1944 à Baarland aux Pays-Bas, Nelly Van Nieuwenhuijzen peint des paysages zélandais dont les horizons bien marqués et les ciels percutants donnent une impression à la fois de quiétude, d’immensité et d’absence de frontières entre le ciel et la terre. Le rouge dans les tableaux de Nelly van Nieuwenhuijzen amplifie l’impression de mystère et de magie des lieues.

 

 

 

 

 

Claire Jombart Marbach : « Ombre rouge sur or », technique mixte (40 x 40 cm), présentée par la galerie en ligne Kazoart (voir ici).

Formée aux Beaux-Arts de Versailles, Claire Jombart Marbach s’intéresse à la nature, aux voyages et à l’universalité du paysage. Travaillant la peinture à l’huile et la feuille d’or, elle crée avec l’artiste norvégienne Siri Knoepffler, des arbres fabuleux dans lesquels elles mélangent leur perception différente du monde végétal.

 

 

 

 

 

Régine Pivier-Attolini : « Rouge, cœur d'été », peinture à l'huile (81 x 100 cm), présentée par la galerie en ligne Kazoart (voir ici).

Vivant et travaillant en Provence à Martigues, Régine Pivier Attolini associe ses rouges intenses à des bleus dorés ou des oranges clairs pour donner au final des tableaux aux ambiances sereines et reposantes.

 

 

 

 

 

Elka Leonard : « Croquer la pomme » (2019), acrylique sur toile (120 x 100 cm), dernière œuvre de sa série « Les Apparences ».

Jouant sur la symbolique sulfureuse de la couleur rouge, Elka Leonard peint des scènes intimes où le corps de la femme est à la fois objet sexuel et de luxe. Associant presque toujours un rouge profond à des dorés lumineux, les élégantes d’Elka Leonard s’habillent parfois de dentelles aux mêmes couleurs.

 

 

 

 

 

 

Felix Becker : « Ohne Titel » (2019), huile sur toile de lin (90 x 80 cm), présentée par la galerie Isabelle Gounod (voir ici).

Né en 1987 à Francfort en Allemagne, Felix Becker vit et travaille à Berlin. Utilisant aussi bien le couteau que le grattoir, l’éponge, le papier de verre et le torchon, il travaille par effet d’effacements et de dilution, cherchant en permanence l’accident, « l’échec intentionnel » comme il l’appelle. A la fois couleur et matière, chez lui la peinture forme sur son support une entité vivante autonome.

 

 

 

 

 

Viktor Sheleg : « Air kiss » (2018), acrylique et huile sur toile (150 x 100 x 2,5 cm) présenté par la galerie d’art en ligne Artmajeur (voir ici).

Né en 1962, Viktor Sheleg est originaire de Kalngale en Lettonie. Il peint des personnages féminins dont le rouge des lèvres se retrouve toujours quelque part sur la toile, en taches de fond, en vêtement ou comme rayon de lumière... Se laissant guider à l’instinct, par ses émotions, il travaille sa peinture pour créer une harmonie « née d'un chaos de taches de couleur, de lignes et d'éclaboussures ».

 

 

 

 

Zurab Gikashvili : « Red river » (2017), acrylique sur toile (environ 122 x 152 x 5 cm), présentée par la galerie en ligne Artmajeur (voir ici).

Artiste contemporain géorgien, Zurab Gikashvili est né à Kvareli en Géorgie, le 5 août 1961. Il a représenté la Géorgie à la Biennale de Prague en 2010 et ses œuvres ont été présentées à l’occasion d’expositions personnelles ou collectives dans les plus grandes villes du monde, à New York, Atlanta, Washington, Londres, Prague… 

 

 

 

 

 

Toiles de Catherine Tapon présentées sur son stand au GMAC (Grand Marché d’Art Contemporain) de Vincennes en avril-mai 2018. 

Sur leurs fonds rouges, les arbres de Catherine Tapon semblent mener leur propre vie. Réalisées sur une base acrylique et ensuite glacées à l’huile, les toiles semi-figuratives de cette artiste peintre qui a installé son atelier à Digne dans les Alpes de Haute Provence, sont à la fois d’inspiration bretonne et provençale par leur côté semi-figuratif et polynésienne par leur caractère abstrait. Catherine Tapon a vécu en effet quelques années en Polynésie, à Tahiti.

 

 

 

 

Etienne Eymard Duvernay : « Roc rouge 8» (2019), acrylique sur toile, 55 x 46 x 3 cm, présenté par la galerie en ligne Art majeur (voir ici).

Né en 1963 à Beauvais dans l’Oise, Etienne Eymard Duvernay s’installe d’abord comme auteur photographe. Il s’associe ensuite à des compagnies de danse contemporaine, réalise des films, et poursuit dans son atelier de plasticien son travail sur les images afin de concrétiser toujours plus finement son regard sur le monde.

 

 

 

 

 

Guy Fouré : « Toros in the dark » (2017), encre de chine et acrylique sur papier Wenzhou marouflé sur toile (80 x 80 x 3 cm), présenté par la galerie en ligne Artmajeur (voir ici).

Designer diplômé des Beaux-Arts de Besançon en 1978, c’est en 1991 que Guy Fouré prend, un peu par hasard alors qu’il s’entraînait sur un logiciel graphique, le taureau pour modèle. Et c’est depuis que cet animal symbole de la force et de la nature est devenu la muse de ses peintures où souvent le rouge éclate.

 

 

 

 

A l’image de l’exposition « Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets » qui interrogeait « la manière dont le projet de société communiste a engendré des formes d’art spécifiques », les œuvres d’artistes contemporains présentées ci-dessus témoignent d’une puissance symbolique toujours aussi actuelle de la couleur rouge. Avec ses 288 pages contenant quelques 250 illustrations, le catalogue  de cette exposition qui s’est terminée le 1erjuillet dernier est toujours disponible à la boutique de musées (voir ici).

 

Andrée Muller

Partager via un média social