La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Quand l’illustration devient œuvre d’art

Posté le 28/01/2020

 

Multi techniques et multi styles, les images d’illustration sont de plus en plus fréquemment des créations artistiques vendues comme des lithographies classiques, authentifiées, signées et numérotées… Etudiantes ou étudiants en art ou graphisme, créatrices ou créateurs de BD, professionnelles ou professionnels du design en agence ou free-lance, leurs auteures et auteurs sont des artistes qui expriment à travers leurs créations autant leur originalité que leur propre sensibilité. En 10 images et 10 artistes, voici donc 10 exemples de ces illustrations qui sont de véritables œuvres d’art…

D’Henri de Toulouse-Lautrec à Andy Warhol en passant par Edward Hopper, être à la fois artiste peintre reconnu et illustrateur n’a rien de bien nouveau. La nouveauté semble tenir plutôt du nombre relativement important de ces illustrations qui ont tout d’une œuvre d’art. Convergence des techniques ? Importance de plus en plus grande du numérique ? Multimédiatisation de l’expression artistique ? Ou encore, consécration officielle d’artistes venus du monde de la BD comme Enki Bilal ? Quelle qu’en soit la raison, une chose est sûre : les différences s’estompent entre l’art sous forme d’œuvres uniques et les créations imprimables.  

 

La conséquence ? Que ce soit sous forme de multiples (reproductions numérotées imprimées en nombre limité et signées par l’auteur) ou d’originaux, les illustrations - et les artistes qui les conçoivent - intéressent aujourd’hui autant les agences que les galeries d’art ayant pignon sur rue. On peut citer par exemple La Galerie d'Art de l'Illustration Robillard (située à Paris dans le 11e arrondissement) qui présente les œuvres d’une cinquantaine d’artistes, Slow Galerie qui est elle aussi installée dans le 11e arrondissement de Paris et propose les œuvres de près d’une centaine d’illustrateurs et d’artistes émergents, ou encore l’agence Tiphaine Illustration (dans le 16e arrondissement à Paris) avec sa quarantaine d’artistes. On peut trouver aussi de véritables trésors parmi les travaux d’élèves dans les écoles d’art et de design. Dénichés en agences, galeries ou écoles, voici donc nos dix exemples d’illustrations qui sont de véritables œuvres d’art.

 

Clémence Gagliardi : « Le coup de téléphone – Barbara Blue ».

Bien que spécialisée en édition multimédia, Clémence Gagliardi réalise des images fixes sur papier. Travaillant en numérique, elle effectue une adaptation du conte de Barbe Bleue sous forme de livre illustré pour adulte avec le logiciel Illustrator (Adobe). Elle a créé en parallèle une application pour les enfants sur l’intelligence des plantes. Elève de l’école Emile Cohl de Lyon, elle est membre du collectif Acidrose créé avec trois autres jeunes illustratrices de l’école : Louille Chevillard, Iris Durand et Marie Eyquem.

 

 

 

Tom Haugomat : illustration de couverture et d’une double page d’ouverture réalisée pour le magazine Lire.

Né à Paris en 1985, Tom Haugomat s'est vite intéressé au dessin et à son potentiel narratif. Après une année d’études en histoire de l’art et archéologie, il intègre la section « Conception et réalisation de films d’animation » de l’école des Gobelins. Il mène aujourd’hui en parallèle la réalisation de films d’animation et l’illustration pour la presse et la littérature jeunesse. Travaillant avec peu de couleurs, il peaufine un style minimaliste qui donne une forte identité à ses créations.

 

 

 

Benjamin Flouw : image créée pour Birchall Tea. 

Illustrateur français vivant à Marseille, Benjamin Flouw réalise des illustrations commerciales et éditoriales, des livres, des projets d'affiches... Préoccupé par les questions environnementales, il s’attache dans ses créations à donner une place de choix aux plantes, animaux et paysages qui risquent de disparaître de notre planète. Mélange sophistiqué de formes géométriques plates colorées, de textures, de motifs et d'éclairage dramatique, son style évoque des ambiances de paradis perdu.

 

 

 

Emiliano Ponzi : « Pronto, parlo col passato ? », illustration pour La Repubblica. 

Vivant à Milan en Italie, Emiliano Ponzi travaille pour The New York Times, Le Monde, The New Yorker, Louis Vuitton, Moma NY, Cartier, Der Spiegel, Amnesty International… et en Italie pour Armani, Bulgari, Gucci, Martini, La Repubblica, Pirelli, Ferrari, le Triennale Design Museum… Ses illustrations se caractérisent par leur forte composition graphique. Artiste international, il a reçu de nombreux prix, dont en particulier le Young Guns Award du New York Art Directors Club et le très convoité Gold Cube du Art Directors Club de New York.

 

 

 

 

Thomas Danthony : « Plaisir », illustration pour Magnum.

Français vivant à Londres, Thomas Danthony réalise des illustrations aussi bien pour l'édition que la presse ou la publicité à la demande de clients tels Google, Arte, The New York Times, l'English National Opéra... Le plus souvent narratives, ses créations se caractérisent par leur jeu de lumière, leur composition et leur ambiance pleine de mystère. Outre ce travail d'illustration, il mène en parallèle une carrière d’artiste peintre : après une première exposition personnelle à Paris en 2015 à la galerie Sergeant Paper, son travail a été présenté à New York chez Tictail.

 

 

 

Malika Favre : « Where are the boss ladies ? », travail personnel.

Malika Favre est une illustratrice française qui vit et travaille à Londres depuis 2004. Son approche picturale consiste à simplifier autant que possible les traits et les couleurs qui composent ses dessins afin de mieux en faire ressortir la quintessence. Poussant jusqu’au bout son style minimaliste, elle joue sur les relations entre les espaces positifs et négatifs pour faire des contrastes les principaux points d’accroche du regard.

 

 

 

 

Géraldine Alibeu : « Salagou », posca, juillet 2019.

Née en 1978 à Échirolles à proximité de Grenoble, c’est à l’école primaire que Géraldine Alibeu démarre sa carrière de créatrice, en racontant les aventures de son institutrice en BD. Avec des images aux perspectives étranges et aux couleurs tranchées, elle réalise aujourd’hui des illustrations pour la littérature et la presse jeunesse. Elle écrit également ses propres albums, notamment chez À pas de loups, Actes Sud, Cambourakis, Seghers, La joie de lire, Le Seuil, Autrement… Elle travaille aussi sur la céramique et en illustration textile.

 

 

 

 

Léonie Després : « Dumplings restaurant », travail personnel.

Illustratrice française qui travaille à Londres pour des studios d'animation, Léonie Després aime particulièrement dessiner des personnages joyeux et modernes. Sous les formes épurées et colorées de ses dessins, elle s’attache à mettre l'accent sur les relations humaines et les moments de joie de la vie au quotidien. Elle est représentée en France par l’agence Tiphaine.

 

 

 

 

 

Sabrina Chess : « Bastille », illustration réalisée pour la mairie du XIe arrondissement de Paris.

Illustratrice diplômée des Beaux-Arts et vivant à Paris, Sabrina Chess a fait ses armes graphiques dans l’animation. Dessin, aquarelle, gravure, peinture numérique : ses travaux de peinture et d’illustration expriment une sensibilité d’artiste tournée vers le minimalisme et la délicatesse. Formes stylisées, élégance de ses personnages, aplats de couleur pop ou pastel : ses réalisations évoquent à la fois l’énergie et la douceur. 

 

 

 

Marcelino Truong : illustration de la couverture du roman « La guerre des ombres » de Catherine Cuenca (Flammarion Jeunesse).

Né aux Philippines en 1957, Marcelino Truong a passé sa jeunesse à courir le monde. C’est à vingt-cinq ans, après des études de droit et de lettres, qu’il se lance dans le métier d'illustrateur, avec l’Asie pour sujet de prédilection et un savoir-faire pour le moins original :  il effectue d’abord ses dessins sur des feuilles de papier ordinaire, les reprends à la table lumineuse, les photocopie, les agrandit, les réduit… pour réaliser au final une esquisse qu’il redessine sur une feuille de bonne qualité. Il la met ensuite en couleur, à la gouache, à l’acrylique ou à l’aquarelle. 

 

 

 

Andrée Muller

 

Partager via un média social