La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Les pépites du Salon de la Photo

Posté le 11/11/2019

Portraits d’autrefois de Marylise Doctrinal, villes en mutation de Cyrus Cornut, désordre industriel de Charles Xelot, rues de New York d’Hitomi Satô … Toutes ces photos primées par des organisations référentes du monde de la photographie contemporaine reflètent la multiplicité des regards portés par les photographes sur le monde d’aujourd’hui. Avec une prédilection donnée aux thèmes liés à l’habitat, à l’urbain et aux modes de vie, ces photos témoignent également toutefois d’une tendance commune : le rapprochement entre les mondes de la photo artistique et de la peinture figurative actuelle. Cette orientation était particulièrement visible le week-end dernier au Salon de la Photo parisien. Aperçu…

Témoins du monde d’aujourd’hui, de ses villes, de ses usines et de ses habitants, les photos primées par les différentes organisations professionnelles présentes au Salon de la Photo qui s’est tenu le week-end dernier au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris, sont porteuses de sens. Contemplatives, méditatives ou revendicatives, ces photos reflètent les ambitions et les peurs de l’époque actuelle. Elles rappellent également le temps qui passe et toutes ces évolutions qui transforment au fil des ans les relations qu’entretiennent les humains avec leur environnement.

 

 

 

Marylise Doctrinal : « Palingénésie », série de photos exposée sur le stand de la Fédération Photographique de France - Salon de la Photo, Paris 2019. Rassemblant 550 clubs avec près de 9 000 adhérents, la Fédération photographique de France organise annuellement des compétitions régionales inter club ainsi que des concours nationaux, dont celui du Grand Prix d’Auteur gagné cette année par Marylise Doctrinal.

 

 

Agricultrice membre du Photo ciné-club du Berry, Marylise Doctrinal a donné le nom de « Palingénésie » à cette série de treize photos qui évoque la régénération. C’est à partir d’une vieille chambre photographique acquise à l’Hôtel des ventes de Bourges, qu’elle a démarré ce fabuleux travail. Elle a d’abord réparé et développé les plaques de verre. Puis elle a isolé et colorisé les portraits des personnages d’autrefois qui s’y trouvaient dessus. Elle a ensuite replacé ces derniers dans des photos du quartier d’affaires de La Défense.

 

 

 

Cyrus Cornut : « Notre Dame de Paris », 15 avril 2019, photo présentée dans le cadre de l’exposition « Un Regard Contemporain dans la Collection de Florence et Damien Bachelot » - Salon de la Photo, Paris 2019. Les quelques 800 photos (argentiques et numériques) acquises au fil des jours depuis plus de 15 ans par Florence et Damien Bachelot couvrent une large période allant de 1900 à nos jours. L’exposition présentée au Salon concernait uniquement la partie contemporaine de la Collection, soit des photos datant de moins de 20 ans. 

 

 

Né en 1977, le photographe parisien Cyrus Cornut est architecte de formation. Il a donc tout naturellement d’abord orienté son travail artistique sur les évolutions de la ville et les comportements humains qui en résultent. Ses premières photos sur les villes chinoises ont été exposées en 2006 aux Rencontres Internationales de la photographie d’Arles organisées sous la direction artistique de Raymond Depardon. Puis, à partir de 2011, Cyrus Cornut ajoute le monde végétal à ses centres d'intérêt, en milieu urbain comme en milieu rural. 

 

 

 

 

Charles Xelot  : « Merzlotnick », photo exposée dans le cadre des Zooms/The Editors’ Photo Award Japan - Salon de la Photo, Paris 2019. Pour la France comme pour le Japon, deux prix ont été décernés à l’occasion de cette 10e édition des Zooms. L’un par le public via le site web, l’autre par la presse spécialisée photo.

 

 

 

 

Réalisée par Charles Xelot qui a reçu le Prix Zoom de la Presse Photo 2019, cette photo est celle d’une grotte de glace creusée dans les années 50 par des prisonniers du goulag. D’une température stable toute l’année de -12°, elle sert aujourd’hui au stockage du poisson. Vivant et travaillant entre Moscou et Paris, ce photographe de formation scientifique (Ecole d’ingénieur en eau et environnement de Limoges) s’intéresse aux aspects sociétaux des développements industriels et technologiques planétaires.

 

 

 

Hitomi Satô : « Layered NY », collection de photos sur la vie urbaine new yorkaise exposée par Zooms/The Editors’ Photo Award Japan - Salon de la Photo, Paris 2019. Hitomi Satô est la lauréate du prix Zooms Japan 2019 décerné par le public.

 

 

 

 

 

New York, ville de liberté où chacun vit sa vie : c’est en superposant des photos de rue pas forcément prises sous les mêmes angles que la photographe japonaise Hitomi Satô parvient à créer des œuvres tridimensionnelles multipliant les points de vue. Diplômée en danse de l’université Ochanomizu et hôtesse de l’air chez JAL, Hitomi Satô a repris des études de photographies à Tokyo Visual Arts. New York, Prague, Tokyo… elle ausculte à présent avec ses photos la vie urbaine des grandes villes de la planète.

 

Andrée Muller

Partager via un média social