La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Les animaux fantastiques d’aujourd’hui

Posté le 22/01/2019

 

Qui sont ces animaux imaginaires ? A quoi ressemblent-ils ? Des chevaux composés de rouages mécaniques de John Lopez au rhinocéros à vapeur de José Galant en passant par la chauve-souris aux ailes de feuillages d’Ellen Jewett Merge et le singe baobab d’Ana Tortos, les animaux fantastiques inventés par des artistes d’aujourd’hui piochent leurs identité et leurs formes dans les machines, les arbres, les feuilles, les objets du quotidien, les cultures de pays... Coup d’œil sur ces nouveaux entrants dans le monde du bestiaire imaginaire dont les origines remontent à l’antiquité.

Du Griffon à tête d’aigle et au corps de lion à la Chimère qui marie la chèvre et le dragon en passant par l’Hydre, serpent aux multiples têtes et pattes griffues, les artistes ont de tout temps dessinés, peints ou sculptés des animaux imaginaires en mélangeant au gré de leur imagination les attribus des uns et des autres. Ces animaux fabuleux qui depuis l’antiquité alimentent l’imaginaire des artistes, semblent reprendre aujourd’hui du poil de la bête en s’affichant dans de nouvelles formes, de nouvelles couleurs et de nouveaux matériaux. Voici donc un petit échantillon de ces animaux imaginaires d’aujourd’hui.

 

Entre animal et machine. Au début du siècle dernier, des œuvres comme le Pégase d’Odilon Redon ou le Sphinx de Salvador Dali s’affranchissaient des croyances de l’antiquité et du moyen âge attachées aux animaux fantastiques, sans en gommer toutefois les dimensions symboliques. Dans le même ordre d’idée, certains artistes s’amusent aujourd’hui à associer leurs animaux fantastiques au machinisme. Dans cette voie, deux artistes nous ont particulièrement impressionnés : John Lopez qui évoque le remplacement de l’animal par la machine en créant de grandes sculptures faites de pièces rouillées récupérées sur de vieux équipements agricoles, et José Galant qui se réfère aux débuts de l’industrialisation dans des peintures où figurent des animaux extraordinaires faisant penser aux dessins des BD de type « heroic fantasy ». 

 

 

 

« T. Rex » de John Lopez. Amoureux de la nature et des chevaux, John Lopez était éleveur dans le Dakota (Etats-Unis) avant de devenir artiste à plein temps. Il débute sa nouvelle vie d’artiste en modelant d’abord des chevaux dans l'argile. Il utilise ensuite pour sculpter ses animaux préférés des pièces rouillées provenant de vieux tracteurs et anciens outils agricoles. Il transforme ainsi peu à peu ses sculptures en symbole de la mécanisation. Et donne ainsi vie à de grands animaux de plus en plus fantastiques. 

 

 

 

« The Steam-snail’s Beach » de José Galant, aquarelle sur papier, 76 x 56 cm, 2016. Peintre surréaliste, José Galant associe futurologie et histoire de l’industrialisation. Résultat : des animaux incroyables peints et dessinés dans le style steampunk bien particulier des romans de science-fiction dont l’action se déroulent au XIXe siècle, à l’époque de la révolution industrielle, du charbon et de la vapeur. Fascinant !

 

 

 

 

Le mélange des mondes. Entre d’un côté le mariage traditionnel des animaux et de la nature avec les sculptures d’Ellen Jewett Merge et de l’autre la peinture numérique avec les « animots » d’Ana Tortos, les animaux fantastiques d’aujourd’hui naissent aussi de la multiplicité des techniques et des technologies. Ainsi, Ellen Jewett Merge sculpte d’étranges animaux dont le corps, les pattes ou les cornes se transforment en feuilles, en arbres ou en maisons au gré de son imagination. Ana Tortos quant à elle joue sur les idées et les mots pour inventer d’étranges animaux destinés à peupler nos imaginaires et nos écrans. A voir par exemple la série « Tony les animots » diffusée par Canal +.

 

 

« Tortoise of burden » d’Ellen Jewett Merge, 12 x 6 x 12 " (soit environ 30 x 15 x 30 cm), vendue en 2013. Cette artiste canadienne est parvenue à créer un véritable univers fantastique en construisant des animaux imaginaires qui associent faune et flore. Ni moulées ni reproduites, chacune des sculptures d’Ellen Jewett Merge est réalisée à la main et peinte aux doigts ou au pinceau. Elles sont sculptées dans une argile légère sur une armature de métal travaillée manuellement. Une fois terminées, ces sculptures à la fois poétiques et loufoques (voir ici ) sont émaillées afin d’intensifier leur couleur et leur force.

 

 

 

 

L’« Animot » d’Ana Tortos présentant les ateliers de dessin numérique organisés par Apple. Directrice artistique, illustratrice et auteure de film d’animation, Ana Tortos est basée à Paris. De la méduse ampoule au koala cactus en passant par le singe baobab, ses animots sont des êtres hybrides adaptés aux contextes et aux univers dans lesquels elle les fait évoluer. A noter à ce propos les excellents ateliers « Comment faire : dessiner des animots » conçus avec Ana Tortos et organisés dans différents Apple Store via l’application « Today at Apple » (voir ici ). Nous y avons participé, et nous avons beaucoup apprécié autant l’ambiance générale que le savoir faire des animateurs !

 

 

Dans le bestiaire imaginaire traditionnel, les animaux fantastiques naissent du mélange d’espèces différentes. Ceux d’aujourd’hui s’amusent à prendre la forme de machines, d’arbres, de feuilles, d’objets, de pays… Très diversifiés, ils piochent leurs identités dans des mondes de plus en plus nombreux et hétéroclites. 

 

Andrée Muller

Partager via un média social