La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

La nourriture vue par les artistes d’aujourd’hui

Posté le 19/05/2020

 

Des célèbres portraits formés de fruits et de légumes peints dans les années 1560-70 par l’artiste italien Giuseppe Arcimboldo aux non moins célèbres Campbell's Soup Cans d’Andy Warhol des années 1960, la nourriture comme inspiration artistique et marqueur social n’est pas quelque chose de vraiment nouveau. En revanche, les méga tableaux de Tjalf Sparnaay, les assiettes de Jaqueline Poirier, les toiles hyper réalistes de Lucia Bergamini et les photos sur le thème de la graine présentées actuellement par Seeeds Gallery traduisent des évolutions de la société beaucoup plus récentes. Ces artistes font sortir des rails autant l’art culinaire que l’art tout court en illustrant à la fois l’engouement d’aujourd’hui pour le figuratif, le trompe l’œil en particulier, et le besoin d’un retour à la nature décuplé par le climat anxiogène de la pandémie actuelle. Présentation.

Première galerie d’art à se consacrer entièrement à la photographie culinaire, Seeeds Gallery occupe une place à part dans ce monde étonnant qui se situe aux frontières de l’art de la gastronomie et des arts plastiques. Créée par Stéphane Bahic, l’objectif de la galerie est « d’explorer les limites de la photographie culinaire » au travers d’expositions aussi bien virtuelles que physiques. Ainsi, l’exposition « Seeeds by Seeeds » visible en ligne jusqu’au 28 mai prochain sur le site web de la galerie (voir ici), réunit sur le thème de la graine les œuvres de neuf photographes contemporains aux sensibilités et approches très différentes. Petit aperçu :

 

 

Amélie Chassary : « Le bal des cerises », 2018 - Tirages Fine Art pigmentaires tirés par l'auteur - 30cm x 40cm ou 45cm x 60cm.

Vivant et travaillant entre Paris et la Bourgogne, Amélie Chassary fait ici l’éloge du fruit. Diplômée de l’école d’art ESAG Met de Penninghen (2005), cette amoureuse de la nature utilise dans son travail de photographe tous les acquis de sa formation en dessin et peinture.

 

 

 

 

 

Virginie Garnier & Natacha Arnoult : « L’Équilibre », 2019 - Tirages Fine Art pigmentaires - 60cm x 90cm.

Virginie Garnier est née à Nice et vit à Paris depuis vingt ans. Photographe indépendante autodidacte, elle est spécialisée dans la photographie culinaire, les voyages, le portrait et la nature morte. Artiste plasticienne vivant à Paris depuis quinze ans, Natacha Arnoult travaille comme styliste culinaire et déco pour la presse, l’édition et la publicité. 

 

 

 

 

David Japy : « Fenouil » , 2019 -Tirée sur papier Hahnemühle Ultra smooth 100% coton par Jean Francois Bessol du Laboratoire Dupon - Phidap - 30cm x 40cm.

Photographe vivant et travaillant à Paris, David Japy réalise ses clichés au gré de ses promenades en Grèce, en Bretagne en Haute-Savoie... Sans les couper ni interférer dans leur agencement naturel, il photographie les plantes à  différents instants de leur cycle de vie. 

 

 

 

 

Giovanni Ambrosio : « Centogiorni. Chap 2 », 2018 - Tirage sur papier Hahnemühle Photo Rag® Ultra Smooth 305 g/m2, 100% coton - Tiré par Luigi Fedullo Fine Art Lab, Napoli - 74cm x 111cm.

Né à Naples et vivant à Paris, Giovanni Ambrosio établit son travail d’artiste sur la peinture minimaliste, le geste et la photographie. Il travaille également comme directeur artistique, écrivain et graphiste.

 

 

 

 

 

Stéphane Bahic : « Carotte », 2019 - Tirages Fine Art pigmentaires - 60cm x 80cm.

Photographe de nature morte et de portrait depuis plus de vingt ans, Stéphane Bahic vit et travaille à Paris. Ses images sont publiées dans des magazines et des livres consacrés à la cuisine, dans des campagnes de communication. Créateur de la galerie Seeeds, son ambition est de promouvoir la photographie culinaire comme photographie d’auteur en tant que telle.

 

 

 

 

 

Caspar Miskin : « Ringo's Gift », 2019 - Tirage jet d’encre par Epson P9500 12 couleurs sur papier Rag bright white - 110cm x 85cm.

Photographe danois vivant et travaillant à Paris, Caspar Miskin est un ancien chef de cuisine devenu photographe spécialisé dans la gastronomie. Ses origines scandinaves se retrouvent dans ses œuvres glorifiant la simplicité et proches du minimalisme. 

 

 

 

 

Thierry Ardouin : « Sans titre - Série Portraits de graines », 2020 - Impression argentique sur translucent Fuji (équivalent Duratrans), Caisson en chêne massif. Dimensions 1239 X 239 X 80 mm.

Né en 1961 à Saint-Ouen, Thierry Ardouin travaille sur les liens qu’entretiennent l’humain et son paysage. Dans la série « Portraits de graines » où il travaille sur l’infiniment petit, des semences, il utilise la microphotographie. Il est cofondateur (en 1991) de Tendance Floue, collectif de seize photographes français primé pour ses réalisations à la croisée du social, du culturel, du documentaire et de l’artistique.

 

 

 

Philippe Vaurès Santamaria : « Millet », 2020 -  Tirée sur papier Fine Art contre-collé sur ® sous Plexiglas® - 80cm x 120cm. 

Photographe depuis plus de vingt ans après des études universitaires en Art et en photographie, Philippe Vaurès Santamaria alterne prises de vue en studio et reportages sur le terrain. Indépendant depuis le début des années 2000, il travaille pour des magazines et des maisons d’édition spécialisés dans la gastronomie et pour la communication de chefs étoilés.

 

 

 

 

Cristina Jacob : « Carrot - The Art of the Possible IV (Movement 1) », 2019 - Tirages Fine Art jet d'encre sur papier Hahnemuhle Bamboo - 40cm x 60cm.

Née à Lisbonne où elle a étudié la photographie, Cristina Jacob a poursuivi ensuite ses études à Londres. Après avoir été directrice financière dans l’hôtellerie-restauration, elle a décidé de revenir à sa passion première et effectue actuellement sa dernière année à la British Academy of Photography en se concentrant sur ses deux amours, la photographie et la nourriture.

 

 

 

 

 

La nourriture comme muse. A l’opposé du « food art » dont le but est de créer des œuvres d’art éphémères avec de la nourriture, en transformant par exemple les toasts du petit déjeuner en personnages de Disney ou en sculptant des portraits de célébrités dans des fruits, le « food painting » vue par des artistes d’aujourd’hui comme Tjalf Sparnaay, Jaqueline Poirier ou Lucia Bergamini fait de la nourriture un sujet artistique en soi. 

 

Jaqueline Poirier : « Nova Scotia », assiette peinte présentée sur son compte Instagram (voir ici). 

Diplômée de l'Ontario College of Art and Design en 2004 avec un BFA en dessin et peinture, Jaqueline Poirier est actuellement artiste résidente au Ritz Carlton de Toronto où ses assiettes peintes à la main sont présentées dans le restaurant de l’hôtel. Outre la création d’œuvres d'art exclusives, elle travaille également pour des entreprises comme Facebook, Samsung ou encore le Festival international du film de Toronto.

 

 

 

 

 

Lucia Bergamini : « Croccantino », 2019, huile sur toile, environ 71 x 101 x 4 cm, présentée sur son site web (voir ici).

Né en 1984 à Turin, Lucia Bergamini habite maintenant à Asti. Elle hérite de son grand-père peintre paysagiste l’amour du dessin, effectue sa scolarité dans un lycée spécialisé en art et étudie la musique au Conservatoire de Turin (où elle obtient son diplôme de contrebasse), puis exerce différents emplois avant de se consacrer réellement à la peinture. Elle travaille aujourd’hui avec différentes galeries à Londres et aux États-Unis et a exposé à la Biennale de Florence 2019.

 

 

 

Tjalf Sparnaay : « Hamburger with Red Onion », 2018, huile sur toile de lin, 40 x 70 cm, présentée sur son site web (voir ici).

Né en 1954 à Haarlem aux Pays-Bas, Tjalf Sparnaay vit aujourd’hui à Hilversum (Hollande-Septentrionale). Les œuvres de cet artiste autodidacte qui compte parmi les grands peintres gastronomiques contemporains sont exposées un peu partout dans le monde. Œufs au plat, frites, sandwichs, bouteilles, son travail s’inscrit dans la tradition néerlandaise de la nature morte du XVIIe siècle. 

 

 

 

Notons enfin pour conclure que si les œuvres présentées ci-dessus appartiennent à ce large monde de l’art culinaire qui occupe depuis quelques années une place tout aussi importante dans l’univers culinaire que dans celui de l’art, elles n’en représentent néanmoins qu’une petite fraction. Il existe en effet bien d’autres exemples illustrant les liens qu’entretiennent actuellement l’art et la cuisine. 

 

Andrée Muller

Partager via un média social