La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

L’art et la sardine

Posté le 03/09/2018

 

Muse de l’artiste, sujet de prédilection du designer ou objet fétiche du décorateur : la sardine s’affiche sur les murs, se transforme en porte couteau, se dessine autrement sur ses boites… Voici donc pour illustrer une rentrée atypique aux couleurs de la mer un petit aperçu des rencontres les plus étonnantes entre l’art et la sardine.

 

Que ce soit sous forme de paysages marins, de natures mortes ou de street-art, qu’ils soient imaginés, interprétés ou peints à l’huile, à l’aquarelle ou à l’acrylique (avec ou sans résine), depuis toujours les artistes se sont intéressés aux mondes de la mer et des océans. Et c’est ainsi que la sardine est devenue un thème abordé de façon relativement récurrente par les artistes depuis bon nombre d’années. La nouveauté ? La sardine fait aujourd’hui un retour sur le devant de la scène en devenant à la fois sujet artistique et objet publicitaire. Et c’est ainsi qu’elle rassemble aujourd’hui sous une même bannière - sous un même dess(e)in ? - les actrices et les acteurs des mondes de l’art, du design, de la décoration, du commerce... Petit aperçu en images :

 

 

Les sardines de Jean-Marc Chamard  peintes à l’aquarelle sur papier noir, d’après le film de  Séverine Le Goff  ( visible ici ). Graphiste, publiciste puis photographe dans l’Aviation Civile, ce diplômé des Beaux-Arts de Saint Etienne amoureux de son Ardèche natale n’a jamais cessé de peindre, de rechercher de nouveaux matériaux, d’inventer de nouveaux supports. Après quinze ans de peinture à l’huile et vingt-cinq d’aquarelle, il inverse les codes en peignant en blanc sur du noir : c’est « l’aquarelle inversée » de sa série de poissons montés en 3D sur contrecollé noir.

 

 

 

 

Tableau de Natalia Villanuevarte, Catalane formée à la céramique à l’Ecole Industrielle de Barcelone, Natalia Villanueva a également suivi des cours de dessin, de peinture et de gravure. Adepte de techniques mixtes, elle associe aujourd’hui émaux de verre, peinture à l’huile et acrylique pour créer de superbes tableaux aux effluves marines. Son travail est visible, entre autres, sur le site web de Carré d’artistes (voir ici ).

 

 

 

 

 

Aquarelle sur papier (11x15 pouces, soit environ 28 x 38 cm) de Cécile Rancourt. Artiste vivant dans la région d'Ottawa au Canada, elle peint à l'aquarelle et à l'encre, des paysages, des animaux ou des personnages se situant à mi-chemin entre l'abstrait, l’imaginaire et le figuratif. Ses peintures sont disponibles sur les pages Collections et Boutique de son site web. Elles sont également visibles sur la place de marché de produits d’art et artisanaux etsy.com (voir ici ).

 

 

 

 

Les cinq gagnantes du « Concours Sardines » 2018 organisé à l’occasion de la fête de Lisbonne en juin dernier. Selon ses organisateurs, le concours a reçu pour cette édition 2018 pas moins de 3726 propositions en provenance de plus de 70 pays différents ! ( voir ici le site officiel, ou ici la page Facebook de la fête de Lisbonne et du Concours sardines )

 

 

 

 

 

Porte-couteaux de Shopceram (boutique située à Concarneau en Bretagne) sélectionnées parmi les quelques centaines de sardines en céramique disponibles sur la place de marché de produits artisanaux etsy.com (voir ici , catégorie sardine-art )

 

 

 

 

 

 

Carreau céramique décoratif de Shopceram, pièce unique de 17.5 x 17.5 cm x 1 cm (voir ici sur la place de marché etsy.com pour plus d’informations ).

 

 

 

 

 

 

 

 

Illustrations des boites de sardines « José Gourmet » réalisées par des artistes portugais (Voir ici  pour en savoir plus).

 

 

 

 

Cette inventivité « arty » autour du packaging des conserves de poissons, et des sardines en particulier, souligne un changement important à nos yeux. Il y a quelques années à peine, les conserveries choisissaient des images et des styles faisant référence au passé et à la tradition pour évoquer « le bon goût » de leur produit. Les choses ont évolué. Outre José Gourmet, d’autres conserveries font appel à des artistes contemporains pour valoriser leur production. C’est un grand pas en avant ! Car d’une part cette ouverture du packaging de produits traditionnels vers les nouveaux graphismes ouvre des marchés aux artistes. Et surtout, cette ouverture contribue au décloisonnement du travail artistique en faisant entrer l’art dans la vie de tous les jours.

 

 Andrée Muller

Partager via un média social