La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Crise sanitaire et expression artistique

Posté le 04/05/2020

 

Projet Saatoles Amis des artistesCovid’Art Museum : ces trois collectifs du monde des arts proposent des actions concrètes pour agir en faveur des soignants, des artistes, de la citoyenneté… Parmi les nombreuses initiatives qui voient le jour au cours de cette période de trouble, les actions de ces trois collectifs tirent en effet un trait d’union entre incertitude sanitaire et expression artistique en publiant sur internet les œuvres d’artistes contemporains traitant du Covid-19. Leur objectif est à la fois d’aider les artistes à continuer à travailler et à vivre de leur métier malgré le confinement, à promouvoir leurs œuvres et à participer au soutien populaire en faveur de tout le personnel médical… Présentation de ces différentes actions.

 

Confinement, mesures barrières, fermeture des musées, des galeries d’art et des manifestations artistiques … les artistes ne baissent pas les bras pour autant en cette période de pandémie et d’état d’urgence sanitaire. Bien au contraire : ce lundi 4 mai 2020 plus de 200 œuvres ont été vendues avec un pourcentage reversé aux hôpitaux AP-HP dans le cadre du Projet Saato, plus de 8000 € ont été collecté au profit du Fonds de soutien Antoine Galbert par le collectif Les amis des Artistes, et plus d’un millier d’images sont d’ores et déjà affichées par le Covid’Art Museum

 

Encore une semaine pour exposer. Créé sur le réseau social Instagram en mars dernier par trois créateurs Barcelonais (Emma Calvo, Irene Llorca et José Guerrero), le Covid’Art Museum rassemble sur son compte les posts munis du hashtag #CovidArtMuseum (voir ici). Pas de restriction, tout artiste souhaitant être exposé peut soumettre son travail, quelle qu’en soit la technique de réalisation choisie (dessin, peinture, photo, vidéo…), à condition toutefois de traiter du confinement lié à la crise sanitaire actuelle, et donc d’en donner une interprétation visuelle. Résultat : des œuvres dont les thèmes vont du papier toilette aux masques en passant par les balcons, l’isolement ou encore la peur. Une fois les périodes de confinement achevées dans les différents pays, l’idée serait de monter une (ou des) exposition physique à partir des œuvres collectées, de créer un e-book pour les rassembler... Bref, de nous faire découvrir à quoi ressemble le patchwork des œuvres d’art par temps de confinement !

 

 

 

 

Page d’ouverture du compte Instagram du Covid’Art Museum le lundi 4 mai 2020 à 18h. Déjà plus de mille œuvres sur le thème du confinement et du corona virus sont accrochées dans ce musée virtuel créé il y a moins de deux mois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour soutenir les hôpitaux de Paris. Dans le cadre de ce projet Saato, l’idée est de mettre en vente les œuvres de street-artistes au profit de la fondation AP-HP. Réunissant une centaine d’artistes français, le projet consiste à mettre en ligne dans une galerie d’art virtuelle le visuel de chacune des différentes œuvres au fur et à mesure de sa réalisation. Le principe ? Les œuvres sont mises en ligne à raison de six par jour, tous les jours vers 14h et vers 21h jusqu’au 10 mai, et légendées comme « disponible », « en cours de paiement » ou « vendue » (voir ici).  Une fois que l’acheteur a choisi et réservé une œuvre parmi celles qui sont disponibles, il est re-routé sur la cagnotte en ligne où s’effectue le don destiné aux hôpitaux de l’AP-HP (fixé en fonction du prix de l’œuvre). Et comme bien sûr, les légendes sont actualisées en temps réel, les gestionnaires du projet conseillent de rafraîchir très fréquemment sa page de navigateur afin d’afficher les informations les plus récentes. Ils conseillent aussi en cas d’œuvres déjà achetées de contacter directement les artistes pour leur passer commande en dehors du projet, avec pour devise « soutenons nos soignants, soutenons les artistes ».

 

 

 

 

 

Œuvres vendues du projet Saato, lundi 4 mai, première page. Avec une moyenne de 200 à 300 €, le prix des œuvres affiché sur le site est celui fixé par chaque artiste, sans aucune commission prélevée par Saato. Une fois la capture d’écran de la donation reçue par sms, l’achat de l’œuvre est confirmé par les gestionnaires du projet. Elle sera expédiée à son acheteur après la période de confinement, afin de ne pas saturer La Poste.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un système de solidarité entre artistes. Le collectif « Les Amis des Artistes » réunissant artistes, galeristes et collectionneurs vient de créer un label pour aider collectivement les artistes pendant toute cette période de fermeture des galeries d’art et des lieux d’exposition. L’idée ? Donner la possibilité aux artistes engagés dans le projet de bénéficier du label « Les Amis des Artistes » et de la visibilité apportée par le hashtag #lesamisdesartistes pour vendre directement une ou trois au plus de leurs œuvres sur leurs propres réseaux sociaux (dont une à moins de 500 €). En cas de vente, 70 % du prix leur seront versés directement par l’acheteur et les 30 % restants seront placés dans une cagnotte solidaire (sur le site Leetchi) au profit d’une association d’aide à la profession qui en assurera ensuite la distribution auprès des artistes en difficulté. 

 

 

 

Page sur le réseau Instagram des publications du hashtag « Les Amis des Artistes ». La première opération destinée au Fonds de soutien de la fondation Antoine de Galbert a collecté 8000 €. En cours depuis ce lundi 4 mai, la seconde opération est réalisée au profit du Bureau d’Aide Sociale de l’association « La Maison des Artistes ». D’autres associations prendront le relais par la suite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien sûr, ces trois initiatives ne sont pas, loin sans faut, les seules à soutenir concrètement les artistes pour les aider à franchir du mieux possible la période de crise actuelle. Ajoutées aux expositions et vernissages virtuels organisés par les musées et les galeries d’art, toutes ces actions témoignent de la créativité et du dynamisme du monde des arts. 

 

Andrée Muller

Partager via un média social