La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Balade dans les imaginaires d’artistes d’aujourd’hui

Posté le 08/05/2018

 

Poissons de verre de Valérie Vayre, portraits de stars de Françoise Minet, peintures insolites de Jean-Yves du Boispéan, arbres prodigieux de Catherine Tapon… Toutes ces réalisations d’artistes contemporains nous emmènent dans des univers à la fois modernes et fantastiques où s’entrecroisent réel et imaginaire. Zoom sur le travail de ces quatre artistes rencontrés au salon d’art contemporain (GMAC) qui s’est tenu la semaine dernière à Vincennes.

La dernière édition du Grand Marché d’Art Contemporain (GMAC) était en effet l’occasion de se plonger dans des imaginaires d’artistes à la touche très particulière. Des poissons de Valérie Vayre qui allient dessins et sculptures de verre aux lumineux portraits de stars de Françoise Minet en passant par les peintures de Jean-Yves du Boispéan qui nous amènent dans d’étranges univers ou les paysages très colorés de Catherine Tapon dont les arbres semblent mener leur propre vie, inventivité et surprises étaient de fait au rendez-vous au fil des stands du salon. Voici donc quelques-unes de ces belles découvertes.

 

Les « boites » de Valérie Vayre présentées sur son stand au GMAC de Vincennes en avril-mai 2018.

« J’associe depuis un an le travail du verre et le dessin », explique Valérie Vayre, artiste peintre et verrière qui avait accroché sur son stand ses nouveaux poissons faits de dessins et de verre filé à la flamme. Titulaire à la fois du Diplôme National d'Arts Plastiques (DNAP) et du CAP Art et technique du verre (option verrier à la main), cette artiste dont l’atelier est situé à Bourges (tout près de la Cathédrale) réalise entièrement à la main des perles rares de verre, des bijoux et, bien sûr, ses remarquables tableaux associant dessins et sculptures de verre. Présentés sur son site web dans son étonnant « salon des curiosités » (voir ici), ces derniers restent fidèles à l’univers de Valérie Vayre, la nature et la mer.

 

 

Les portraits de stars de Françoise Minet présentés sur son stand au GMAC de Vincennes en avril-mai 2018.

« Avant, les fonds de mes portraits de stars étaient généralement unis, explique Françoise Minet. Aujourd’hui, je les personnalise davantage afin d’apporter une dimension supplémentaire au personnage. Pour Brigitte par exemple, j’ai ajouté en fond les affiches de ses films les plus célèbres ». Pari réussi ! Ainsi enrichis, les portraits de Françoise Minet ont gagné en intensité, en dynamisme et en luminosité. L’utilisation du pochoir par exemple les projette également dans le monde du street-art. Il faut préciser en effet que cette artiste portraitiste d’origine belge cherche en permanence à ancrer sa créativité dans son temps. Passionnée par le cinéma, elle est également créatrice en matière de mode. Elle crée en particulier des tissus pour le styliste Las Noches Ibiza.   

 

 

Tableaux de Jean-Yves du Boispéan présentés sur son stand au GMAC de Vincennes en avril-mai 2018.

« Les tableaux que j’ai accrochés ici sur mon stand s’inspirent des jeux de cartes et de hasard. Mais ce thème n’est pas unique, il témoigne simplement de mon inspiration d’un moment, explique Jean-Yves du Boispéan. Je peints également des paysages, la mer, des personnages, des animaux… ». Aimant souvent associer des mots ou des noms de poètes comme Baudelaire, Verlaine ou Rimbaud à ses tableaux, cet artiste peintre dont l’atelier est situé à Tours donne libre cours sur ses toiles à un humour quelquefois délirant. Mélangeant acrylique et encre, il donne ainsi vie à de multiples scènes extraordinaires dans des mondes parfois étranges, mais toujours fascinants et interpellant.

 

 

Toiles de Catherine Tapon présentées sur son stand au GMAC de Vincennes en avril-mai 2018.

« Je travaille mes toiles à la main, explique Catherine Tapon. Bien qu’intervenant parfois au couteau, c’est vraiment avec les mains que je préfère peindre car c’est avec les doigts que je sens le mieux ma peinture. » Réalisées sur une base acrylique et ensuite glacées à l’huile, les toiles semi-figuratives de cette artiste peintre qui a installé son atelier à Digne dans les Alpes de Haute Provence depuis plus de vingt ans, sont à la fois d’inspiration bretonne et provençale pour leur côté semi-figuratif et polynésienne pour leur caractère abstrait (Catherine Tapon a vécu en effet quelques années en Polynésie, à Tahiti). Eclatants de présence, de couleur et d’étrangeté, les arbres de Catherine Tapon reflètent tout particulièrement son étonnante identité d’artiste.

 

 

Andrée Muller

Partager via un média social