La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Art3f Paris fête la diversité

Posté le 29/01/2018

 

Du figuratif à l’abstrait, de la photo à la peinture sur béton en passant par le micro collage : la quatrième édition parisienne du salon international d’art contemporain art3f qui s’est tenue le week-end dernier à Paris s’est caractérisée par une grande diversité des œuvres présentées. Un véritable feu d’artifice créatif qui tenait autant dans la variété des styles et des thèmes traités que dans l’originalité des matériaux utilisés. Petit tour d’horizon de cet étonnant panorama artistique…

 

Cette quatrième édition parisienne du salon art3f qui réunissait quelques 3000 œuvres présentées par un peu plus de 200 exposants (artistes et galeries) a tenu ses promesses en faisant sienne la maxime de Victor Vasarely : « L’art est à la portée de tous, dès lors qu’on le montre ».  Et c’est dans ce domaine des œuvres d’art contemporaines accessibles au grand public - leurs prix moyens s’échelonnent de 200 € pour les petits formats à 3000 € pour les plus grands - que l’inventivité des artistes et la diversité de leurs modes d’expression nous ont le plus impressionnés. Quelques exemples :

 

Balthazar, « Grand Soleil », technique mixte sur toile, 114X146 cm.

Catherine Lévêque-Vnuk (nom d’artiste Balthazar) associe son savoir-faire de peintre et de photographe : elle superpose sur ses toiles peintures, photographies et écritures au gré de son inspiration en mélangeant le réel et l’imaginaire. Cette artiste lyonnaise crée ainsi de grands tableaux qui évoquent des scènes urbaines où chacun peut se projeter.

 

 

 

 

 

Toiles d’Anne Christine Wellenstein (de 160 € à 2 400 € suivant le format) exposées sur son stand au salon art3f de Paris - janvier 2018.

Depuis trois ans qu’elle travaille dessus, Anne Christine Wellenstein agrandit peu à peu la taille de ses tableaux en forme de rond : « Actuellement je m’intéresse aussi au concept de fenêtre, dit-elle. C’est pourquoi mon travail tourne à présent autour des cadrages, des regards furtifs… ». Et c’est pourquoi sur ses toiles la fenêtre est parfois directement un motif en soi. D’autres fois ce sont les femmes ou les chevaux de ses toiles qui sont représentés comme vus à travers une fenêtre. D’autres fois encore Anne Christine Wellenstein compose son tableau de façon à utiliser la rondeur de la toile pour évoquer la fenêtre....

 

 

Micro-collages de Michel Belloin (à partir de 250 €) exposés sur son stand au salon art3f de Paris - janvier 2018.

Vieux livres, journaux, feuilles de papier imprimées… c’est avec de petits bouts de papier finement découpés puis collés un à un sur un support de bois ou un carton entoilé que Michel Belloin confectionne ses micro-collages. Tigre ou poisson, il suit pour ses tableaux figuratifs un croquis dessiné au préalable sur le support. En revanche, il se laisse entièrement guider par son intuition pour réaliser ses tableaux abstraits : « Je colle mes papiers au fur et à mesure, en fonction de l’avancée de mon travail, explique-t-il. Je fonctionne toujours par ajout. Et si je ne suis pas très content de ce que je suis en train de faire, je m’arrête et reprends ce travail plus tard… ».

 

 

Peintures sur béton de Bertrand Mahieu (400 € en moyenne les petits formats et    1300 € les grands) exposées sur son stand au salon art3f de Paris - janvier 2018.

Bertrand Mahieu peint des paysages urbains aux couleurs sombres sur des plaques de contreplaquée enduites de béton. Doit-on voir là une relation entre la ville et le béton ? « Non, il n’y a pas vraiment de relation explicite », répond cet artiste peintre sétois qui travaille essentiellement d’après photos et manie aussi bien le pochoir que le pinceau ou encore l’éponge.

 

 

 

 

 

Huiles sur toile de Frédéric Bernardi (de 500 € pour les petites à 3200 € pour les plus grandes) exposées sur son stand au salon art3f de Paris - janvier 2018.

Utilisant une technique mixte, huile et tempéra (médium à l’oeuf), Frédéric Bernardi présentait à cette dernière édition parisienne d’art3f plusieurs de ses arbres longilignes aux couleurs étonnantes peints sur des toiles aux formats allongés. « Je fais tout, dit-il. Je tends mes toiles, je confectionne mes enduits… » Cet artiste peintre de renommée internationale a exposé, entre autres, à Paris, New York, Rome, Pékin...

 

 

 

 

Huiles sur bois de L. Bouro (de 600 € pour les petits formats à 2500 € pour les plus grands) exposées sur son stand au salon art3f de Paris - janvier 2018.

Il a vendu toute la série de ses arbres colorés ! La patte de cet artiste peintre qui habite et travaille à Tours est particulièrement reconnaissable : jouant sur la matière et les contrastes, L. Bouro peint des corps, des visages, des paysages stylisés où des arbres aux couleurs claires se découpent sur des ciels sombres. A Paris, Bordeaux, Nantes, Tours…son travail est visible dans une dizaine de galeries.

 

 

 

 

Rappelons pour conclure que les différentes éditions du salon Art3f, toutes organisées par la société du même nom créée par Serge Beninca, se tiendront cette année dans une dizaine de villes : la prochaine aura lieu à Toulouse (du 9 au 11 février 2018), puis à Nantes en mars, Luxembourg en juin, Cannes en juillet, Lyon en septembre, Reims en octobre, Bordeaux en octobre-novembre et enfin, Mulhouse et Bruxelles en novembre.

 

Andrée Muller

Partager via un média social