La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Art contemporain : cap sur la diversité

Posté le 02/05/2017

 

Le Grand Marché d’Art Contemporain (GMAC) qui s’est tenu le week-end dernier place de la Bastille à Paris rassemblait pour sa quarante-huitième édition quelques 300 artistes. Peintres, photographes, plasticiens : c’est d’abord la diversité de leurs peintures, photos et sculptures qui a suscité notre intérêt. Petit tour d’horizon de cette multiplicité de l’art contemporain vue à travers le GMAC de printemps.

De la peinture figurative à l’abstrait, de la photographie au dessin, des inspirations urbaines à l’évocation de la nature, les réalisations visibles le week-end dernier au grand marché de l’art contemporain (GMAC) parisien étaient d’une très grande diversité. Et de fait, nos « trouvailles » présentées ci-dessous relèvent tout autant de l’originalité et de la force exprimées par les œuvres elles-mêmes que des méthodes de travail de leurs créateurs.

 

 

Tableaux de L. Bouro vus au GMAC Place de la Bastille- Paris 2017

Fabriquer ses propres peintures, telle est l’option prise par L. Bouro pour peindre ses arbres aux étranges couleurs qui semblent littéralement sortir de leur cadre. « Je compose toutes mes peintures en utilisant des pigments, de l’ocre, que je sélectionne soigneusement », explique-t-il. Puis pour arriver à cet étonnant résultat final, il applique une succession de couches alternant peintures et vernis. Il peut arriver sur certains tableaux à en superposer ainsi plus d’une dizaine !

 

 

Toiles de Balthazar vues au GMAC Place de la Bastille- Paris 2017

Avec pour nom d’artiste Balthazar, Catherine Lévêque-Vnuk mélange sur ses toiles la photographie et la peinture pour donner à la ville les couleurs du soleil. « J’associe mon travail de peintre et de photographe, explique-t-elle. Parfois je peints sur les photos, d’autres fois je laisse apparaître des morceaux de photo tels quels. Et même si au final mes toiles sont comme des mille feuilles avec beaucoup de couches, je travaille toujours à l’ancienne, sur des châssis recouverts de toile de lin ou de coton ».

 

 

 

Tableaux et sculptures de Véronique Mir Nezan vu au GMAC Place de la Bastille- Paris 2017

Véronique Mir Nezan présentait sur son stand des œuvres abstraites relevant de trois techniques différentes. Tout en finesse dans leur travail du gris, ses grands tableaux aux formes géométriques dessinées à la craie et au fusain étaient les plus visibles. Elle exposait aussi des monotypes aux encres colorées, gravures imprimées en un seul exemplaire. Enfin, les assemblages en volume faits de différents métaux qu’elle montrait également sur son stand donnaient une autre dimension encore à son travail multiforme sur l’abstraction. 

 

 

 

Toiles de Boris Baranoff vues au GMAC Place de la Bastille- Paris 2017

« En ce moment, je suis plutôt dans une période de fiction », dit ce peintre parisien qui n’hésitait pas manier le pinceau sur son stand. Boris Baranoff alterne par période peintures fantastiques où il peint à l’huile des scènes venues de mondes imaginaires et peintures urbaines où la ville tient lieu à la fois de décors et de sujet. Mais d’une période à l’autre une chose chez lui reste constante : son aptitude à donner vie à des univers extraordinaires !

 

 

 

Photos de Laurent Quinkal vues au GMAC Place de la Bastille- Paris 2017

Ni retouchées ni retravaillées, les photos de Laurent Quinkal sont imprimées sur plaque d’aluminium et tirées en 5 exemplaires seulement (le tirage maximum pour une photo d’art est 30 exemplaires). « Cela fait six ans que j’utilise ce procédé », dit-il. Il prend ses photos en forêt, beaucoup dans la Drôme où il réside, et en Isère aussi.

 

 

 

 

Andrée Muller

 

Partager via un média social