La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 Expositions, salons et autres évènements sur la création, l’art et les jeux

 

 

. Août 2018

- Jusqu’au19 août : « Hodler//Parallélisme ». Visible depuis le mois d’avril au Musée RATH de Genève en Suisse, cette exposition présente le travail du peintre Ferdinand Hodler (né à Berne en 1853 et décédé le 19 mai 1918 à Genève) sous l’angle du parallélisme. Ferdinand Hodler donnait en 1897 dans le cadre de la Société des amis des beaux-arts de Fribourg une conférence « La mission de l’artiste » dans laquelle il détaillait les principes du parallélisme, théorie selon laquelle la nature serait organisée de manière rigoureuse. Une rigueur qu’il s’efforcera par la suite de restituer dans ses tableaux, des portraits aux paysages en passant par ses peintures d’histoire. Voir ici pour en savoir plus.

- Jusqu'au 27 août : « Union des artistes modernes - Une aventure moderne ». Organisée par le Centre Pompidou (Paris), cette rétrospective est consacrée à l’U.A.M (Union des Artistes Modernes), le plus grand mouvement de l’histoire de l’art du XXe siècle. L’exposition met ainsi en scène cinquante ans de création moderne en présentant des réalisations de Le Corbusier, de Mallet-Stevens, d’Eileen Gray, de Charlotte Perr... Voir ici  pour en savoir plus.

 - Du 15 mai au 2 septembre : « TeamLab : Au-delà des limites ». Présentée à la Grande Halle de la Villette à Paris, cette installation immersive et interactive se situe aux frontières de l’art, de la science et de la technologie : les tableaux évoluent en fonction des déplacements des visiteurs. Cette coproduction entre le collectif teamLab, la Villette et la Japan Foundation s’inscrit dans le cadre de Japonismes 2018 : les âmes en résonance. Voir ici  pour en savoir plus.

- Du 31 août au 2 septembre : « Foire Art-O-Rama ». Organisé à l’initiative d’Art Plus, association résidente de La Friche la Belle de Mai, ce salon international d’art contemporain se tient à Marseille chaque dernier week-end du mois d’août depuis 2007. L’objectif ? Réunir une trentaine galeries parmi les plus actives et à l'avant-garde de la scène internationale ainsi qu’une petite dizaine d’éditeurs d’art. Voir ici  pour en savoir plus.

- Du 5 mai au 9 septembre : « Né(e)s de l’écume et des rêves ». En place depuis le 5 mai 2018 au musée d’art moderne du Havre, le MUMA, cette exposition « interroge la question des imaginaires liés à la mer, à l’océan et aux abysses chez les artistes de la seconde moitié du XIXème puis du XXème siècle (…) ». Le musée du Havre présente ainsi près de 200 œuvres (peintures, dessins, sculptures, photographies, vidéos, verres, céramiques…) réalisées par une centaine d’artistes dont Anna Atkins, Gustave Moreau, Arnold Böcklin, Auguste Rodin, Emile Gallé, Max Klinger, Adolf Hiremy-Hirschl, Jean-Francis Auburtin, Mathurin Méheut, Man Ray, Max Ernst, Brassaï, Jean Painlevé, Philippe Halsmann, Pierre et Gilles, ou encore Nicolas Floc’h et Elsa Guillaume…. Voir ici pour en savoir plus.

- Du 27 avril au 23 septembre : « Nicolas de Staël en Provence ». Présentée sur deux étages de l’Hôtel Caumont à Aix-en-Provence, cette exposition rassemble 71 peintures et 26 dessins réalisés par Nicolas de Staël de juillet 1953 à juin 1954, période au cours de laquelle pour « produire », il séjournera en Provence. Une période provençale qui marquera un tournant essentiel, aussi bien dans la vie personnelle que dans l’œuvre de Nicolas de Staël. A noter à ce propos l’existence sur l’Appstore et sur Google Play de l’application (2,99 €) présentant cette exposition. Voir ici pour en savoir plus.

- Du 16 juin au 28 octobre : « L’envol ». Présentée par La Maison Rouge à Paris qui fermera définitivement ses portes fin 2018, L’envolest la dernière exposition de cette fondation reconnue d'utilité publique créée en 2004 par le collectionneur et mécène Antoine de Galbert. Traitant du rêve de voler, cette exposition regroupe quelques 200 œuvres ( installations, films, documents, peintures, dessins et sculptures ) de l’art moderne, contemporain, brut, ethnographique et populaire. Voir ici pour en savoir plus.

- Du 10 juin au 4 novembre : « Henry Moore». Organisée par le Fonds Hélène&Edouard Leclerc dans la grande halle des Capucins à Landerneau, cette exposition retrace la vie et la carrière du sculpteur britannique Henry Moore (1898-1986) en présentant quelques 100 sculptures (plâtres, bronzes, bois, pierres) et 80 dessins en grande partie issus des collections de la Henry Moore Foundation de Perry Green, où il a vécu et travaillé. Voir ici pour en savoir plus.

- Du 20 juin au 12 novembre : « Ai Weiwei Fan-Tan ». Le Mucem (à Marseille) présente l’œuvre de l’artiste chinois Ai Weiwei qui associe la pensée chinoise à l’art contemporain. Photographe, architecte, sculpteur, cinéaste... il s’inspire en particulier de Marcel Duchamp et d’Andy Warhol. Fils du poète chinois Ai Qing (1910-1996) qui débarqua à Marseille en 1929, Ai Weiwei questionne nos systèmes de références sur l’art, l’artisanat, l’Orient, l’Occident… Voir ici pour en savoir plus.

 

. Septembre 2018

- Jusqu’au 2 septembre : « TeamLab : Au-delà des limites ». Présentée à la Grande Halle de la Villette à Paris, cette installation immersive et interactive se situe aux frontières de l’art, de la science et de la technologie : les tableaux évoluent en fonction des déplacements des visiteurs. Cette coproduction entre le collectif teamLab, la Villette et la Japan Foundation s’inscrit dans le cadre de Japonismes 2018 : les âmes en résonance. Voir ici  pour en savoir plus.

- Jusqu’au 9 septembre : « Né(e)s de l’écume et des rêves ». En place depuis le 5 mai 2018 au musée d’art moderne du Havre, le MUMA, cette exposition « interroge la question des imaginaires liés à la mer, à l’océan et aux abysses chez les artistes de la seconde moitié du XIXème puis du XXème siècle (…) ». Le musée du Havre présente ainsi près de 200 œuvres (peintures, dessins, sculptures, photographies, vidéos, verres, céramiques…) réalisées par une centaine d’artistes dont Anna Atkins, Gustave Moreau, Arnold Böcklin, Auguste Rodin, Emile Gallé, Max Klinger, Adolf Hiremy-Hirschl, Jean-Francis Auburtin, Mathurin Méheut, Man Ray, Max Ernst, Brassaï, Jean Painlevé, Philippe Halsmann, Pierre et Gilles, ou encore Nicolas Floc’h et Elsa Guillaume…. Voir ici pour en savoir plus.

- Jusqu’au 23 septembre : « Nicolas de Staël en Provence ». Présentée sur deux étages de l’Hôtel Caumont à Aix-en-Provence, cette exposition rassemble 71 peintures et 26 dessins réalisés par Nicolas de Staël de juillet 1953 à juin 1954, période au cours de laquelle pour « produire », il séjournera en Provence. Une période provençale qui marquera un tournant essentiel, aussi bien dans la vie personnelle que dans l’œuvre de Nicolas de Staël. A noter à ce propos l’existence sur l’Appstore et sur Google Play de l’application (2,99 €) présentant cette exposition. Voir ici pour en savoir plus.

- Du 16 juin au 28 octobre : « L’envol ». Présentée par La Maison Rouge à Paris qui fermera définitivement ses portes fin 2018, L’envolest la dernière exposition de cette fondation reconnue d'utilité publique créée en 2004 par le collectionneur et mécène Antoine de Galbert. Traitant du rêve de voler, cette exposition regroupe quelques 200 œuvres ( installations, films, documents, peintures, dessins et sculptures ) de l’art moderne, contemporain, brut, ethnographique et populaire. Voir ici pour en savoir plus.

- Du 10 juin au 4 novembre : « Henry Moore». Organisée par le Fonds Hélène&Edouard Leclerc dans la grande halle des Capucins à Landerneau, cette exposition retrace la vie et la carrière du sculpteur britannique Henry Moore (1898-1986) en présentant quelques 100 sculptures (plâtres, bronzes, bois, pierres) et 80 dessins en grande partie issus des collections de la Henry Moore Foundation de Perry Green, où il a vécu et travaillé. Voir ici pour en savoir plus.

- Du 20 juin au 12 novembre : « Ai Weiwei Fan-Tan ». Le Mucem (à Marseille) présente l’œuvre de l’artiste chinois Ai Weiwei qui associe la pensée chinoise à l’art contemporain. Photographe, architecte, sculpteur, cinéaste... il s’inspire en particulier de Marcel Duchamp et d’Andy Warhol. Fils du poète chinois Ai Qing (1910-1996) qui débarqua à Marseille en 1929, Ai Weiwei questionne nos systèmes de références sur l’art, l’artisanat, l’Orient, l’Occident… Voir ici pour en savoir plus.

 

. Octobre 2018

- Jusqu’au 28 octobre : « L’envol ». Présentée par La Maison Rouge à Paris qui fermera définitivement ses portes fin 2018, L’envolest la dernière exposition de cette fondation reconnue d'utilité publique créée en 2004 par le collectionneur et mécène Antoine de Galbert. Traitant du rêve de voler, cette exposition regroupe quelques 200 œuvres (installations, films, documents, peintures, dessins et sculptures) de l’art moderne, contemporain, brut, ethnographique et populaire. Voir ici pour en savoir plus.

- Du 10 juin au 4 novembre : « Henry Moore». Organisée par le Fonds Hélène&Edouard Leclerc dans la grande halle des Capucins à Landerneau, cette exposition retrace la vie et la carrière du sculpteur britannique Henry Moore (1898-1986) en présentant quelques 100 sculptures (plâtres, bronzes, bois, pierres) et 80 dessins en grande partie issus des collections de la Henry Moore Foundation de Perry Green, où il a vécu et travaillé. Voir ici pour en savoir plus.

- Du 20 juin au 12 novembre : « Ai Weiwei Fan-Tan ». Le Mucem (à Marseille) présente l’œuvre de l’artiste chinois Ai Weiwei qui associe la pensée chinoise à l’art contemporain. Photographe, architecte, sculpteur, cinéaste... il s’inspire en particulier de Marcel Duchamp et d’Andy Warhol. Fils du poète chinois Ai Qing (1910-1996) qui débarqua à Marseille en 1929, Ai Weiwei questionne nos systèmes de références sur l’art, l’artisanat, l’Orient, l’Occident… Voir ici pour en savoir plus.

 

. Novembre 2018

- Jusqu’au 4 novembre : « Henry Moore». Organisée par le Fonds Hélène&Edouard Leclerc dans la grande halle des Capucins à Landerneau, cette exposition retrace la vie et la carrière du sculpteur britannique Henry Moore (1898-1986) en présentant quelques 100 sculptures (plâtres, bronzes, bois, pierres) et 80 dessins en grande partie issus des collections de la Henry Moore Foundation de Perry Green, où il a vécu et travaillé. Voir ici pour en savoir plus.

- Jusqu’au 12 novembre : « Ai Weiwei Fan-Tan ». Le Mucem (à Marseille) présente l’œuvre de l’artiste chinois Ai Weiwei qui associe la pensée chinoise à l’art contemporain. Photographe, architecte, sculpteur, cinéaste... il s’inspire en particulier de Marcel Duchamp et d’Andy Warhol. Fils du poète chinois Ai Qing (1910-1996) qui débarqua à Marseille en 1929, Ai Weiwei questionne nos systèmes de références sur l’art, l’artisanat, l’Orient, l’Occident… Voir ici pour en savoir plus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Partager via un média social